pixelnoir pixelnoir pixelnoir
Librairie Comptines
Comptines & Compagnie
 
album
Pompon
souligne

Géraldine ELSCHNER (teste) & Joanna BOILLAT (ill.)
Éd. Gautier-Languereau, septembre 2008 – 13 €


Dans un musée, un bel ours de marbre blanc s’offre, impassible, au regard des admirateurs. Un petit garçon, Gaspard, l’observe avec beaucoup d’attention, se faufilant en imagination « sous la grande arche de ses pattes » et glissant « le long de son dos toboggan ». Mais le museau de Pompon - c’est l’ours - appelle plus que la caresse des yeux : n’y tenant plus, l’enfant l’effleure délicatement… Mais éh oh ! c’est interdit, ça !! Malgré l’intervention du gardien du musée, ce jour-là l’ours Pompon se sent pousser des ailes…

Les petits Parisiens (et d’autres) auront identifié le musée d’Orsay et décodé le nom de l’animal – pardon : la sculpture – auquel les auteures ont malicieusement prêté le patronyme de son sculpteur (François Pompon, 1855-1933). Toutefois, ce bel album n’est pas un documentaire sur l’art du début du XXe siècle ! En s’attachant à une seule œuvre, en épousant le regard amoureux d’un seul observateur, il invite le lecteur à se laisser lui aussi aller à rêver et, par la même occasion, nous montre qu’on peut s’approprier une œuvre d’art par le regard (et le toucher aussi quand même)… et partant lui donner la liberté. Jolie parabole sur la création et l’identité !

Le texte est simple et beau, la mise en page sobre et spectaculaire à la fois, toute en doubles-pages où le blanc omniprésent n’est pas une représentation du vide mais tout empli de rêves de douceur, au point qu’avec Gaspard on a envie de se blottir dans cette « fourrure de neige » et l’apprivoiser à notre tour.

par Corinne Chiaradia
PS :

Pour ceux qui voudraient en savoir un peu plus sur F. Pompon, un petit tour par la site http://www.pompon.fr/ nous apprend - entre autres - que « si on passe la main sur le dos de "L’Ours blanc", la pièce qui l’a rendu célèbre (entrée au musée du Luxembourg en 1927), on peut sentir le squelette et la tension musculaire sous l’aspect lisse de la surface, ce qui nous donne la sensation que l’ours est en mouvement. »

Date de publication de l'article : mardi 9 décembre 2008.

Imprimer l'article

Librairie membre de
l'Association des Librairies
Spécialisées Jeunesse
Avec nous, la lecture c'est pas sorcier !
Avec nous, la lecture
c'est pas sorcier !
Citrouille.net
www.citrouille.net

pixelnoir