pixelnoir pixelnoir pixelnoir
Librairie Comptines
Comptines & Compagnie
 
Roman ado
Après moi, Hiroshima
souligne

Franck PavloffLecture accompagnée par Marianne JaegléÉd. Gallimard jeunesse, coll. La Bibliothèque Textes & documents, [2002] 2003, 222 pages4,60 €


"Derrière lui, le monde s’enfuit, Allemagne, Québec, Mozambique. Le métro s’arrête-t-il toujours à Belleville ? Son dos plie sous le poids de ceux qui ont tissé son histoire avant de disparaître, sa mère, Pazardjik, Maria, Eva. Un legs de mille ans d’âge. Comment s’affranchir de cette mémoire gigogne ? Tamiki a fait le choix contraire. Il prend la mémoire à bras le corps pour lui faire rendre gorge. Qui a raison ?" (p. 121)Après un premier chapitre décrivant de manière saisissante l’explosion de la bombe vécue par un adolescent japonais, ce roman touffu et labyrinthique est à la fois un polar nerveux, une quête du père et de la vérité, et une réflexion sans concession sur l’instrumentalisation de la mémoire et la ligne de démarcation entre la justice et la vengeance. Publié intitialement chez Zulma, il a été réédité par Gallimard jeunesse, enrichi d’un accompagnement pédagogique. Balayant plus de quarante ans d’histoire, plusieurs continents et de nombreux personnages, sa complexité de construction le destine à des lecteurs aguerris.Le personnage central (Rudie Pazardjik, héro malgré lui d’une bataille qui le dépasse) découvre peu à peu la véritable personnalité de son père décédé en Allemagne de l’Est, quelques années avant la chute du mur de Berlin. Il se trouve embarqué à son corps défendant dans les activités de ce mystérieux père (Peter Pazardjik, physicien de renom) et ses relations avec Tadashi Kamiki, survivant d’Hiroshima et fondateur d’un réseau "d’Hibakusha" (mot qui désigne au Japon les rescapés des explosions atomiques). Ce réseau, initié sur des principes humanistes, a peu à peu dévié, développant un "bras armé" qui a tout de l’organisation terroriste. Ainsi Tamike édicte des maximes, d’abord : "Retrouver les disparus, faire vivre leur mémoire, c’est notre devoir", puis il complète par "La survie des générations à venir dépend de notre volonté à honorer les victimes", et finalement cet "honneur" à rendre aux victimes (d’Hiroshima et de toutes les violences étatiques...) se traduit par un arrêt de mort sans procès pour leurs bourreaux, réels ou supposés...Bien qu’il traite peu du Japon ou des conséquences directes de la bombe, ce roman a sa place dans cette bibliographie car il ouvre la réflexion vers des perspectives à la fois contemporaines et universelles : le droit, la justice, la mémoire. Un regret toutefois : bien que j’en comprenne la nécessité "littéraire", je ne peux m’empêcher d’être dérangée par l’emploi du terme "hibakusha" pour désigner des terroristes...

par Corinne Chiaradia

Date de publication de l'article : mardi 5 juillet 2005.

Imprimer l'article

Librairie membre de
l'Association des Librairies
Spécialisées Jeunesse
Avec nous, la lecture c'est pas sorcier !
Avec nous, la lecture
c'est pas sorcier !
Citrouille.net
www.citrouille.net

pixelnoir